Organisation de 5 ateliers de sensibilisation et de formation au niveau des communautés locales et pour les associations pouvant œuvrer dans le domaine de la lutte et de la prévention de l'extrémisme violent (C/PVE

 

Dans le cadre du programme « Appui à la réinsertion et à la réhabilitation des revenants et de leurs familles » mis en œuvre par la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des Détenus (FMVI) en partenariat avec le PNUD au Maroc, une série d’ateliers de sensibilisation et de formations sont organisés pour renforcer les compétences des acteurs de la société civile et sensibiliser les communautés locales dans le domaine de la C/PVE.

Les ateliers d’une durée de deux jours, tenus entre le 14 et le 29 juin 2021, dans cinq Centres d’Accompagnement et de Réinsertion régionaux relevant de la Fondation Mohammed VI dans les régions de Rabat-Salé, Casablanca- Settat, Fès- Meknès, Marrakech-Safi et Tanger-Tétouan-El Hoceima, visent à renforcer les capacités des représentants de la société civile et des communauté locales pour contribuer efficacement à la réhabilitation et à la réinsertion des revenants et de leurs familles en leur fournissant les connaissances, les compétences nécessaires liées aux questions de C/PVE, de réhabilitation et de réinsertion.

Tout en tenant compte des approches en matière de genre, de protection de l'enfance et de soutien psychosocial, et d’utilisation de la communication stratégique comme mécanisme de sensibilisation à ces enjeux. Les participants ont eu l'occasion de discuter des plans d'action régionaux qui visent à contribuer efficacement à la réhabilitation et à la réinsertion des populations cibles au sein de leurs communautés locales.

Le premier atelier lancé le 14 juin 2021 au Centre régional de Rabat-Salé, l’objectif de la première journée du programme, comme souligné par Mr Hicham El Haddad, expert C/PVE en charge des formations, étant de procéder à un examen conceptuel des différentes approches liées au domaine de la prévention et de lutte contre l'extrémisme violent. Il s’agit là, toujours selon Mr Haddad, d’un mécanisme très important qui permet de connaître le type de programmes qui peuvent être mis en œuvre dans les centres d’accompagnement et de réinsertion.

En plus d’introduire aux participants l’approche individuelle du processus de prévention et de lutte contre l'extrémisme violent, les ateliers visent également à explorer d'autres approches telles que l'approche sociétale participative, qui consiste à impliquer tous les acteurs de la société civile, les institutions gouvernementales, ainsi que les organisations internationales pour favoriser les synergies efficientes afin de lutter contre la propagation des idées extrémistes violentes.

Par ailleurs, lors des ateliers, les participants ont pu aborder les enjeux spécifiques liés aux femmes et aux enfants dans le cadre d’une approche de prévention et de protection afin de comprendre les facteurs qui mènent à leur radicalisation et les mécanismes liés à leur réintégration.

Enfin, les ateliers visent à mettre à disposition des participants un ensemble de compétences qui sont principalement liées à l'analyse du contexte local et des facteurs menant à l'extrémisme violent, tels que les facteurs d'attraction et de dissuasion. Ceci afin de pouvoir identifier les méthodes les plus appropriées sur le terrain, telles que le recours à l’utilisation de la communication stratégique, tout au long du processus de réinsertion des personnes impliquées dans les affaires d’extrémisme violent.

Mme Soumaya Lagrini, accompagnatrice sociale, et une des participantes, évoquait à ce sujet que « c’est la première fois que je bénéficie d’une formation qui me présente de nouvelles méthodes et approches qui vont me servir à mieux accompagner les personnes impliquées dans les affaires d’extrémisme violent et les revenants des zones de conflit, notamment sur le plan de la communication stratégique ».

Les ateliers se termineront le 29 juin 2021 serviront de base pour la conception de plans d'action régionaux, qui intègrent les facteurs de dissuasion et les défis régionaux et qui définissent les rôles des parties prenantes pour mettre en œuvre ses activités de manière fluide et participative.

**********

Pour plus d'informations, merci de contacter M. Clément Dubayle, Chargé des projets PVE et Gouvernance Démocratique, sur clement.dubayle@undp.org

 

Slide
Slide
Slide
Slide
Slide
Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Maroc 
Aller à PNUD Global