Allocution de Philippe Poinsot à l'Atelier de lancement opérationnel du projet d'appui à la réforme du système pénitentiaire pour une meilleure réinsertion sociale

23 mai 2016

Monsieur le Délégué général à l’Administration Pénitentiaire et a la réinsertion,

Monsieur le Secrétaire Général de la Rabita Mohammadia des Oulémas

Monsieur l’Ambassadeur du Japon,

Chers partenaires,

Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie d’avoir associé le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à cette journée de lancement des activités du projet d’appui à la réforme du système pénitentiaire pour une meilleure réinsertion sociale.

Je félicite la DGAPR pour ses engagements dans l’objectif d’humaniser l’univers carcéral, de moderniser l'administration pénitentiaire, et de contribuer à la promotion d’un discours de tolérance.

Les Nations unies au Maroc, le PNUD en particulier, mais aussi UNODC et l’UNESCO, sont disposés à vous apporter un soutien technique et stratégique, en appui à la mise en œuvre de la stratégie de la DGAPR, et d’une manière plus générale, à accompagner les efforts nationaux de lutte contre la radicalisation et la prévention de la violence extrême au Maroc.

Ce projet qui nous rassemble aujourd’hui se décline en 2 axes. Le premier concerne le développement des compétences des détenus leur permettant de générer des revenus à travers des emplois fiables et, par conséquent, favoriser leur réinsertion au sein de la société.

Le deuxième axe de ce projet est la promotion d’activités de sensibilisation constructives en faveur d’un discours de tolérance et de prévention de l’extrémisme. L’organisation de la première « Formation du personnel des prisons et des Oulémas Relais pour la promotion d’un discours de tolérance » en milieu carcéral, avec l’appui de la Rabita Mohammadia des Oulémas et son expertise, vise à doter le personnel des prisons et les oulémas relais des outils nécessaires pour faire face au discours radical et pour contribuer à la construction d’un discours de tolérance au sein des prisons

Le PNUD a une large expérience d’appui aux administrations pénitentiaires à travers le monde. Notre accompagnement dans ce domaine au Maroc s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable (ODD) n°16, visant la promotion de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, et qui insiste sur l’appui nécessaire aux institutions nationales chargées de renforcer les moyens de prévention de la violence.

Face à la montée de l’extrémisme violent dans le monde, la communauté internationale, à travers l’Assemblée Générale des Nations Unies, s’est récemment penchée sur un plan d’action qui lui a été proposé pour la prévention de l’extrémisme violent. Ce plan préconise (i) le dialogue et la prévention des conflits, (ii) le renforcement de la bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme, (iii) l’implication des populations, (iv) la mobilisation des jeunes, (v) l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, (vi) l’éducation, le renforcement des compétences et la facilitation de l’accès à l’emploi, (vii) la communication stratégique, y compris sur internet et les réseaux sociaux.

Le PNUD au niveau global propose 10 composantes qui devraient figurer dans toute stratégie de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent :

  1. Promouvoir l’état de droit ainsi qu’une approche de prévention de l’extrémisme violent basée sur les droits de l’homme;
  2. Améliorer la lutte contre la corruption ;
  3. Améliorer la prise de décision participative et les espaces civiques au niveau national et local ;
  4. Fournir des alternatives économiques pour les groupes enclins à tomber dans la violence extrême;
  5. Renforcer les capacités des collectivités territoriales dans les domaines des services aux citoyens et de la sécurité ;
  6. Appuyer des intermédiaires crédibles pour promouvoir le dialogue avec les groupes aliénés et aider à la réintégration d’anciens extrémistes ;
  7. Promouvoir l’émancipation des femmes et de l’équité homme-femme ;
  8. Amener les jeunes à s’engager pour la cohésion sociale ;
  9. Travailler avec les institutions religieuses et les leaders religieux afin de contrer la distorsion du discours religieux par les extrémistes violents ;
  10. Travailler avec les médias pour promouvoir les droits de l’homme et la tolérance ;
  11. Promouvoir le respect des droits de l’homme, de la diversité et de la culture de citoyen global dans les écoles et les universités.

Le projet qui nous réunit aujourd’hui va travailler sur plusieurs de ces composantes. D’autres initiatives concrètes pourront être formulées et mises en œuvre avec l’appui du PNUD et de ses partenaires dans les mois à venir.

Enfin, je tiens à remercier tous les partenaires qui rendent possible la réalisation de ce projet. La DGAPR, la Rabita, le Ministère des Affaires Etrangères ; et tout particulièrement, le Gouvernement du Japon pour sa contribution financière. Le Japon est un partenaire stratégique du PNUD et du bureau régional du PNUD pour les pays arabes en particulier. Ma collègue Sophie de Caen, directrice régionale adjointe pour les pays Arabe, ici présente car en visite au Maroc ces derniers jours, pourra attester de l’importance de ce partenariat stratégique avec le Japon et de l’importance de cette question qui touche également la plupart des pays de la région.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Maroc 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe