Discours d'ouverture du Social Good Summit de M. Philippe Poinsot, Représentant Résident du PNUD et Coordonnateur des Nations Unies au Maroc

28 sept. 2015

Philippe Poinsot, Représentant Résident du PNUD et Coordonnateur Résident des Nations Unies au Maroc. Crédits: PNUD

 
Monsieur le Directeur du Technopark de Casablanca,
Monsieur le Directeur général de l’ADEREE, 
Monsieur le Président de l’ASTEC,
Monsieur le Représentant du Ministère de l’Economie et des Finances
Chers Panelistes, Chers Partenaires,
Mesdames et Messieurs,
 
Permettez-moi tout d'abord au nom du Programme des Nations Unies pour le Développement, ainsi qu’en mon nom propre, de remercier Monsieur Omar Balafrej, Directeur du Technopark de Casablanca, pour avoir bien voulu abriter, dans ce beau bâtiment, la troisième édition du Sommet Mondial pour le bien-être social. Je ne peux que me réjouir de l’organisation de notre évènement au cœur de la cité des nouvelles technologies qui regroupe une pépinière de start-ups et de PME dirigés par de jeunes entrepreneurs innovants.  
 
Toute mon appréciation s’adresse également à notre partenaire, l’Association des Sociétés Technologiques (ASTEC), avec lequel nous sommes heureux d’organiser aujourd’hui, notre conférence-débat.
 
Merci également aux panelistes qui ont bien voulu se mobiliser avec nous pour participer au débat global qui place les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication au cœur du développement.  Il s’agit, en effet, d’un panel très riche et varié qui regroupe non seulement des acteurs de développement, des dirigeants du monde digital et numérique,  mais également des icônes du reportage, du journalisme d’opinion, du sport extrême ainsi que de jeunes artistes.
 
 
Fruit d’un partenariat entre le PNUD, la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation des Nations Unies et le Portail mondial d'information "MASHABLE", le Sommet mondial pour le bien-être social, qui se tient les 17 et 28 septembre dans plus de 100 pays, a pour thème, cette année : « Libérez le potentiel des nouvelles technologies pour la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable ».
Mesdames et Messieurs,
 
Un nouvel agenda de développement durable a été adopté officiellement lors du Sommet des Nations Unies sur le Développement Durable qui s’est tenu à New York le week-end dernier.
 
Ce programme est une promesse faite par les dirigeants à tous les habitants de la planète. C’est un plan universel, intégré et porteur de transformation qui doit nous conduire à un monde plus sûr, plus équitable, plus juste et sans pauvreté.
 
Nous avons maintenant pour nous guider 17 Objectifs de développement durable. Ils constituent la recette du progrès pour les 15 prochaines années. Ces Objectifs sont le fruit du plus grand processus participatif jamais organisé par les Nations unies. Dans 193 pays, des milliers d’organisations non-gouvernementales et du secteur privé y ont participé. En tout, près de 8.5 millions de personnes ont pu donner leur avis sur le monde et le futur qu’ils souhaitent. Le programme de développement durable à l’horizon 2030 incarne les aspirations des hommes et femmes du monde entier, qui veulent vivre en paix, en sécurité et dans la dignité sur une planète en bonne santé, sans que personne ne soit laissé de côté.
 
L’adoption de ce programme est un moment déterminant de l’histoire de l’humanité. Pour la première fois, nous disposons d’une liste d’Objectifs mondiaux approuvés par tous les pays, et qui s’appliquent à toutes les nations. Mais c’est la mise en œuvre de ces Objectifs qui sera in fine le test de vérité. Car pour atteindre ces nouveaux objectifs mondiaux, il faudra beaucoup de volonté politique. Nous sommes tous concernés et chaque pays a du travail à faire pour atteindre ces objectifs.
 
Les Objectifs du Millénaire pour le développement ont montré ce qui est possible de réaliser quand nous unissons nos efforts pour l’atteinte d’objectifs spécifiques. Pour obtenir de meilleurs résultats, nous devons changer notre façon de faire. Tous les intéressés doivent être mobilisés, comme pour l’élaboration du programme. Nous devons collaborer avec les parlements et les collectivités locales, et travailler avec les villes comme avec les zones rurales. Nous devons mobiliser les entreprises et leurs dirigeants. 
 
Il nous faudra aussi nous lancer dans la révolution des données. Dans l’esprit du Sommet Mondial pour le bien-être social qui place les nouvelles technologies sous les feux du projecteur du développement, j’aimerai souligner ici l’importance du rôle des nouvelles technologies dans l’atteinte des objectifs du développement durable.
 
Les progrès technologiques permettent de mettre au point des solutions durables aux défis, tant économiques qu’écologiques, tels que la création d’emplois et la promotion de l’efficacité énergétique. Favoriser une industrie durable, ainsi qu’investir dans la recherche et l’innovation scientifiques, constituent deux moyens importants pour faciliter le développement durable.
Aujourd’hui, le monde est mieux connecté grâce aux technologies. Cependant, plus de 4 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à Internet et parmi elles, 90 % appartiennent aux pays en développement. Combler ce fossé numérique est crucial si l’on veut donner accès, dans des conditions d’égalité, à l’information et au savoir, et par là même, encourager l’innovation et l’entrepreneuriat.
 
Les Nouvelles Technologies constituent également un outil essentiel de collecte de données, d’information et d’échange, permettant de mieux cibler et d’évaluer les politiques de développement. Et les entreprises et sociétés des nouvelles technologies sont aujourd’hui, plus que jamais, des acteurs incontournables dans la mise en œuvre du développement durable.
 
Hier, lors de l’ouverture à New York du Sommet mondial pour le bien-être social, l’administrateur du PNUD accompagnée de 17 personnalités du monde politique, artistique et des affaires, ont débattu du rôle des technologies pour atteindre les Objectifs de développement durable. Ont été évoqués le potentiel des medias sociaux pour le plaidoyer, ainsi que l’utilisation des technologies pour suivre les progrès réalisés afin de ne pas avoir à attendre 15 ans pour faire les comptes.
 
J’espère que les débats d’aujourd’hui à Casablanca permettront d’identifier comment au Maroc également les nouvelles technologies peuvent contribuer à la réalisation des Objectifs de développements durable.
 
Avant de laisser la place au débat, permettez-moi de conclure en vous invitant à visionner un film d’une durée de 2 minutes intitulé « 2015, Année de l’action mondiale » réalisé par notre Siège à New York, pour marquer ensemble le lancement des Objectifs de Développement Durable.
 
Je vous remercie.
 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Maroc 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe