Slide
Sessions de formation des formateurs des éducateurs pairs, Institut de formation des cadres de la DGAPR à Tifelt: mai 2018
Slide
Slide
Slide
Slide
Slide
Slide
Slide
Slide

Lancée depuis 2016, dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de la stratégie de la Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire (DGAPR), la formation par les pairs reprend en 2018 pour couvrir 4 nouvelles prisons au nord du Royaume (Tanger, Tétouan, Larache et Nador).

A l’institut de formation des cadres de la DGAPR à Tifelt, la formation démarre aujourd’hui au profit d’une vingtaine de membres du personnel de la DGAPR appelés à former, à leur tour, des éducateurs pairs parmi les détenu(e)s. Une fois formés, ces détenu(e)s assureront le relais pour mener des séances de sensibilisation et d’éducation de leurs pairs en matière de promotion du discours de tolérance et de prévention de l’extrémisme violent.

Lors de la session d’ouverture de la formation, Dr Mohamed Belekbir, président du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Valeurs relevant de la Rabita Mohammadia des Oulémas (RMO) avait rappelé que « les détenu(e)s bénéficiaires sont ceux du droit commun, ainsi l’objectif de cette formation intervient en amont pour immuniser les détenu(e)s à risque contre les dangers de l’extrémisme violent… La finalité de cette initiative est donc la prévention à un stade précoce. ». « Cette formation est une continuité de la première phase qui a permis de sensibiliser plus de 22 000 détenu(e)s dans 7 prisons du Maroc » avait-il ajouté.

A la fois théorique et pratique, la formation permet aux participants de mieux assimiler les concepts et de maitriser les techniques d'animation et de facilitation à travers des exercices de simulation de sessions de formation. Elle est dispensée par des experts et des chercheurs qualifiés de la RMO, institution qui jouit d’une expertise confirmée en matière de formation et de développement de stratégies d’intervention pour la lutte contre les comportements à risque et de prévention de l’extrémisme violent auprès de la population carcérale, des jeunes, des femmes, etc.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Maroc 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe