Une première en Afrique : Inauguration à Bouskoura de la Plate-Forme Nationale de traitement et de réhabilitation des appareils électriques

26 nov. 2015

L'inauguration de la plateforme constitue l’aboutissement d’un large processus de structuration du secteur de la collecte et de la gestion écologiquement rationnelle des PCB. Crédit: PNUD

 

Dans le cadre du Programme National de Gestion Sécurisée et d’Elimination des Poly-Chloro-Biphényles (PCB), Hakima El Haité, Ministre Déléguée chargée de l’Environnement a présidé le mardi 17 novembre 2015 la cérémonie d’inauguration de la Plate-Forme Nationale (PFN) de traitement et de réhabilitation des appareils électriques aux côtés de Jean-François Girault, Ambassadeur de France au Royaume du Maroc, Philippe Poinsot, Représentant Résident du PNUD, et Moll de Alba, Représentant Résident de l’ONUDI.

Lancé en 2009 avec l’appui financier du Fonds pour l’Environnement Mondial, le Programme PCB s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POP) ratifiée par le Maroc en 2004. Cette inauguration constitue l’aboutissement d’un large processus de structuration du secteur de la collecte et de la gestion écologiquement rationnelle des PCB. Dans son allocution, la Ministre a salué le partenariat public-privé grâce auquel la plate-forme a été réalisée. En effet, la PFN sera exploitée par le consortium Maroco-Français Maroc-Maintenance-Environnement et Trédi-Séché-Environnement et les opérations de réhabilitation ou décontamination des transformateurs seront réalisées dans le strict respect des mesures de sécurité et de protection de l’environnement. La Ministre a également lancé un appel aux détenteurs d’appareils contenant ou contaminés au PCB pour adhérer au Programme PCB afin de bénéficier d’un appui technique et financier et parvenir à une gestion sécurisée au niveau national et mondiale de ces substances nocives pour l’environnement et la santé humaine.

Le Représentant résident du PNUD et Coordonnateur des Nations Unies au Maroc, Philippe Poinsot, a rappelé que le Programme National de Gestion Sécurisée et d’Elimination des PCB était conjoint entre le PNUD et l’ONUDI : « Le résultat atteint dépasse la somme des parties. C’est la démonstration que plus de cohérence dans l’action du système des Nations Unies est bénéfique pour tous nos partenaires ».  

Pour rappel, ce programme est subdivisé en deux piliers simultanément mis en œuvre avec l’assistance du PNUD pour le Pilier I et de l’ONUDI pour le Pilier II. Le premier pilier a permis d’établir les bases réglementaires garantissant une gestion sécurisée de ces polluants dangereux et de sensibiliser et former tous les acteurs concernés sur la problématique des PCB et sur les bonnes pratiques pour leur gestion écologiquement rationnelle. Le deuxième pilier a consisté en l’identification des transformateurs à l’huile minérale contaminés par les PCB et la mise en place de la plateforme de traitement et de réhabilitation des appareils électriques.

Dans le cadre de ce programme, 1700 appareils, d’un poids total de 1060 tonnes, ont été exportés et traités, éliminant ainsi des sources potentielles de contamination environnementale et sanitaire par un produit dangereux. Avec ces résultats, et en vue de capitaliser sur l’expertise marocaine en la matière, le programme a fait l’objet d’une visite d’une délégation du Rwanda facilitée par le PNUD, et ce dans le cadre de la Coopération Sud-Sud.

Une visite guidée de la plateforme a été effectuée après la remise de certificats de reconnaissance aux détenteurs d’appareils qui ont activement participé à la réalisation des opérations de collecte et d’éliminations de leurs équipements à PCB.