Faire revivre l’agriculture à Ammas Noubabder

A quelques kilomètres de Figuig, dans la région de l’oriental, la pression est forte sur les ressources en eau. La terre d’Ammas Noubabder étant aride, l’irrigation des exploitations agricoles familiales nécessite des investissements assez élevés pour les petits agriculteurs de la région. La majorité des familles comptaient sur d’autres sources de revenus pour leur subsistance. «Mon père avait émigré en France dans les années trente. On subvenait à nos besoins grâce à la retraite qu’il percevait en tant qu’ancien marocain résidant à l’étranger, comme beaucoup de familles dans la région de Figuig. Je cultivais notre parcelle pour notre propre consommation, mais mon métier principal était la maçonnerie », dit Brahim Marzouki, bénéficiaire du projet et membre de l’association Babder pour le Développement Agricole.

Dans le cadre du programme de Développement Local Intégré de l’Oriental (DéLIO), le PNUD et l’Agence de l’Oriental se sont associés avec la Direction Provinciale de l’Agriculture de Figuig pour la mise en place d’un système collectif d’irrigation par goutte-à-goutte au profit de 43 agriculteurs à Ammas Noubabder. Le projet a inclu une composante formation pour le renforcement des capacités des agriculteurs, la réalisation d’un plan des palmiers dattiers et l’appui aux activités génératrices de revenus à travers la culture des palmiers. 5 kilomètres de tuyaux ont été installés et le système permet aujourd’hui de couvrir 53 hectares, une aubaine pour ce groupe d’agriculteurs qui peuvent réaliser des économies à plusieurs niveaux. 

A retenir

  • 43 agriculteurs ont bénéficié du projet d'irrigation par goutte-à-goutte
  • 53 hectares de terres sont couverts par le projet à Ammas Noubabder

Car avant l’intervention du programme DéLIO, les modes d’irrigation pratiqués dans la région de Figuig étaient couteux et ne permettaient pas une gestion rationnelle de l’eau. Creuser un puit ou prévoir un bassin nécessitait des investissements importants pour un rendement qui était souvent faible. «L’aménagement de ma parcelle d'une surface d’un hectare comprenant l’épierrage, la préparation de la terre et le travail du sol pour l’implantation des rejets m’avait couté 8000 dirhams en plus du paiement de la consommation mensuelle en eau qui s’élevait, avant la réalisation du projet, à 17 dhs/m³. Depuis l’installation du projet et du système de goutte-à-goutte, on ne paie que 3 dhs/m³, une importante réduction de 4 fois par rapport au prix initial. Avant, j’investissais tout ce que gagnais comme maçon dans l’irrigation de ma parcelle, mais je ne pouvais pas développer mon activité par faute de moyens», explique Brahim. «La situation est beaucoup plus confortable maintenant parce que le système d’irrigation par goutte-à-goutte est moins couteux et nous permet de réaliser un gain de temps inestimable. Je n’ai pas besoin de prévoir une autre source de revenus comme avant ; je peux en effet dédier 70% de mon temps à l’agriculture et 30% à la maçonnerie, alors que c’était plutôt l’inverse ». 

Lors des réunions préparatoires du projet, les échanges entre les parties prenantes, sous-traitants, autorités locales, associations et bénéficiaires, étaient fructueux. Les agriculteurs d’Ammas Noubabder ont constitué une association d’usagers pour assurer le fonctionnement du système et déterminer, entre autres, les modes de facturation. « Ce projet a non seulement fait revivre l’agriculture à Figuig, il a nous a redonné la motivation et nous sommes heureux de pouvoir travailler notre terre dans de meilleures conditions » conclut Brahim

Le programme DéLIO, initié en 2007, vise la promotion de la bonne gouvernance et la valorisation des savoirs faire locaux, le développement des activités génératrices de revenus et la préservation des ressources naturelles.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Maroc 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe