Projet de Gestion Intégrée de Forêts du Moyen Atlas (GIFMA)

De quoi s'agit-il?

Les forêts du Moyen Atlas sont d’un intérêt mondial, cependant leur intégrité écologique et leur survie sont menacées par le surpâturage, la surexploitation des produits forestiers et par  conversion en terres agricoles. L’assistance du FEM est requise pour développer des modèles et renforcer les capacités pour une restauration et une gestion participative, multifonctionnelle et intégrée de l’écosystème forestier. Le Projet développera, adaptera et reproduira des systèmes de gestion sylvo-pastorale et de restauration des forêts au sein de deux communes “représentatives” situées dans le Corridor de Tazekka/Kroucheen.

L'objectif du projet est énoncé comme suit : des modèles participatifs et multifonctionnels de gestion de forêt et de parcours assurant l'intégrité de l'écosystème forestier et la conservation de la biodiversité, améliore la productivité des parcours et contrôle l'érosion, sont développés dans la priorité représentative, des massifs forestiers dans deux communes dans le corridor de Tazekka/ Kroucheen et les capacités sont renforcées pour les reproduire/adapter dans tout le corridor et les bassins prioritaires du Moyen Atlas. Les avantages globaux à réaliser incluent le développement et la réplication des modèles de gestion durable des sols et de la conservation de la biodiversité au niveau des écosystèmes. Les avantages nationaux/locaux incluront la réduction de sédimentation dans les réservoirs, l’atténuation de la pauvreté/ l’amélioration des revenus, ainsi que l’amélioration des conditions de vies et de la bonne gouvernance.

Qu'avons-nous réalisé à ce jour?

Les réalisations du projet GIFMA sont multiples :

La cogestion des ressources forestières : Les populations locales, accompagnées par l’UGP, se sont constituées en groupements autour d’intérêts économiques (filières). Le processus participatif est fondé sur la combinaison et le croisement des réalités ethno-spatiales avec les filières vecteurs des causes sous-jacentes à la dégradation des écosystèmes forestiers. Le climat de confrontation qui prévalait au début du projet entre les populations et les gestionnaires locaux des écosystèmes, s’est transformé progressivement en climat de dialogue et de collaboration. Les groupements ont constitué une plateforme qui a séduit les partenaires publics locaux et facilite la mobilisation de partenariats autour de la mise en œuvre des plans de développement concertés, portés et défendus par les groupements.

Les partenariats : L’effort majeur de gestion adaptative du projet est traduit par l’initiation et la promotion de partenariats institutionnels pour la gestion intégrée des écosystèmes forestiers. Privé de la possibilité de financer des mesures d’incitation à la participation des populations et faisant preuve de réactivité aux messages de réticence de l’environnement social, le projet (l’UGP) a su nouer des partenariats formels et informels avec plusieurs acteurs institutionnels régionaux et mobiliser des ressources additionnelles pour la mise en œuvre des actions des plans de développement concertes. La gestion des partenariats avec les institutions régionales n’a pas été explicitement planifiée dans le cadre logique et le plan de travail initial du projet et s’est développée tout au long de sa réalisation en identifiant de nouvelles ressources au niveau régional qui répondaient aux besoins grâce au dynamisme des cadres du projet et aux appuis du HCEFLCD.

Le partage des connaissances : Un système de gestion des connaissances a été développé par GIFMA au niveau des deux DREFs cibles du projet et au niveau national. Il constitue un espace de consultation et une plateforme de partage de la connaissance, de partage et d’échange d’informations au niveau local, national et international. Il s’attaque à l’un des dysfonctionnements majeurs des institutions publiques et privées qui pénalisent les performances des politiques, des plans et des programmes à savoir le cloisonnement excessif des services, le monopole et la rétention de l’information, et les insuffisantes capitalisations et valorisations des acquis et des leçons tirées des expériences. De plus, le projet a développé un noyau d’expertise dans le domaine de la gestion intégrée des écosystèmes forestiers avec l’ensemble des partenaires et experts ayant participé aux activités. Le projet a également constitué un fond documentaire très riche et diversifié couvrant l’ensemble des questions et des aspects de la gestion communautaire des forêts.

Partenaires de financement



FEM

965 345 USD

HCEFLCD

500 000 USD

ADS

1 000 000 USD

PNUD

360 000 USD

WWF

52 800 USD

US Peace Corps

200 000 USD

Déboursement

Année

Montant (USD)

2007

43,947

2008

314,53

2009

223,493

2010

216,449

2011

284,894

2012

381,211

2013

405,371

2014

151,743

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Maroc 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe